Questions / Réponses sur l'interconnexion Médecine – Spiritualité PDF Imprimer Envoyer


94. Comment la médecine terrestre est-elle considérée par les plans spirituels ?


« La médecine humaine, comprise et appliquée dans le cadre de ses finalités supérieures, constitue une noble mission spirituelle.  Le médecin honnête et sincère, ami de la vérité, voué au bien, est un apôtre de la Providence divine dont il reçoit l'assistance et l'inspiration nécessaire, quels que soient les principes religieux adoptés dans la vie. »


95. Face aux efforts de la médecine, comment devons- nous considérer la santé ?

« Pour l'homme sur terre, la santé peut signifier l'équilibre parfait des organes physiques : mais pour le plan spirituel, la santé est la parfaite harmonie de l'âme, et pour l'obtenir, très souvent, il est nécessaire de faire appel à la contribution précieuse des maladies et aux déficiences transitoires de la terre. »


96. Toute maladie du corps a-t-elle des causes spirituelles ?

« Les plaies de l'âme se manifestent à travers l'enveloppe physique.  Le corps malade reflète le paysage intérieur de l'esprit malade.  La pathogénie est un ensemble de faiblesses de l`appareil psychique.  Là encore, c'est dans l'âme que réside l'origine de tous les remèdes thérapeutiques définitifs.  Les traitements pharmaceutiques du monde ne peuvent effacer les causes transcendantes du caractère morbide des individus.  Le remède efficace est celui qui agit sur l'esprit souffrant.  Vous pouvez objecter que les injections et les comprimés suppriment la douleur ; néanmoins, le mal resurgira plus tard dans les cellules du corps.  Vous vous demandez, angoissés, pourquoi les maladies incurables pour la science terrestre existent, et moi, je vous dirai que la réincarnation, en elle-même, dans les conditions du monde plein d'abus, est déjà une sorte de traitement et de guérison et qu'il est des maladies de l'âme, si persistantes, qu'elles peuvent demander plusieurs séjours successifs avec des processus régénérateurs de la même intensité. »


97. Si les maladies sont d’origine spirituelle, les modes de traitements humains sont-ils pertinents, comme la prise de médicaments, la chirurgie, etc. ?

« L'homme doit mettre en place tous les moyens à sa portée pour trouver son équilibre organique.  Pendant très longtemps encore, l'humanité ne pourra renoncer à la contribution du médecin, du chirurgien et du pharmacien, véritables missionnaires du bien collectif.  L'homme restera dépendant de la santé de son corps, jusqu'à ce qu'il apprenne à le préserver et à le défendre en conservant la précieuse santé de son âme.  Malgré tout, nous devons reconnaitre que les mécanismes qui œuvrent au maintien des énergies organiques, comme on le constate actuellement, assurent la stabilité d’un arsenal important d’efforts sanctifiants dans le monde.  Par conséquent, lorsque l’homme spirituel dominera l’homme physique, les produits médicamenteux de la terre seront remplacés par l’excellence des ressources psychiques et cette grande officine sera élevée en sanctuaire de forces et de possibilités spirituelles pour les âmes. »


98. Comment devons-nous appréhender les passes magnétiques en tant que mode de guérison ?

« Comme la transfusion sanguine permet de renouveler les forces physiques, les passes magnétiques sont comme une transfusion d’énergies psychiques.  La différence réside dans le fait que les ressources organiques sont retirées d’un réservoir limité, tandis que les éléments psychiques viennent d’un réservoir illimité des forces spirituelles. »


99. Comment les passes magnétiques doivent-elles être reçues et données ?

« C’est dans un climat de confiance que les passes magnétiques doivent être réalisées, non seulement pour celui qui les donne, mais aussi pour celui qui les reçoit.  Nous devons préciser que les passes magnétiques sont la transmission d’une force psychique et spirituelle qui dispense tout contact physique lors de son application. »


100. Ladite « bénédiction », fameuse dans les milieux populaires, est-elle un type de passes ?

« Les dites « bénédictions », si communes dans les milieux populaires, chaque fois qu’elles sont l’œuvre de la charité, sont d’humbles expressions des passes magnétiques régénératrices, vulgarisées par les institutions spirituelles d’aide et d’assistance.  Jésus nous a donné la première leçon en ce sens, en imposant ses mains divines sur les patients et les souffrants, et fut suivi par les apôtres du christianisme primitif.  "Toute bénédiction et tout don parfait viennent d’en Haut » - disait l’apôtre, dans la profondeur de ses élucidations.  La pratique du bien peut revêtir les formes les plus diverses.  Son essence, néanmoins, est toujours la même pour le Seigneur. »


101. Pourquoi la révélation des modes de guérison de la lèpre, du cancer etc., n’est-elle pas permise aux entités spirituelles ?

«  Avant toute considération, nous devons examiner la loi des épreuves et combien sa parfaite exécution est nécessaire.  Dans la nature même de la terre et dans l'organisation des fluides inhérents à la planète résident toutes ces ressources essentielles, mais, à ce jour, inconnues de la science de l’homme.  Jésus guérissait les lépreux par la simple imposition de ses mains divines.  Le plan spirituel ne peut briser le rythme des lois de l'effort individuel, comme la direction d’une école ne peut résoudre les problèmes relatifs à l’évolution de ses élèves.  De plus, la maladie incurable porte en elle de profonds bienfaits.  Qu’en serait-il des créatures terrestres sans les tristes affections qui rongent la vanité ?  Jusqu’où peuvent aller l’orgueil et l’égoïsme de l’esprit humain, sans la constante menace d’une chair fragile et tourmentée ?  Observons les dons de Dieu dans le domaine des grandes découvertes mobilisées pour les guerres d’extermination, et contemplons avec compassion les hôpitaux isolés et obscurs où, tant de fois, l’âme humaine se plonge dans de précieuses méditations. »


102. Les Esprits amis peuvent-ils agir sur la flore microbienne des maladies incurables, et atténuer les souffrances de la créature ?

«  Les Esprits amis peuvent diminuer l’intensité de la douleur d’une maladie incurable, ou la faire disparaître complètement si, dans le cadre des épreuves individuelles, ce bienfait peut être réalisé en conformité avec les sages et miséricordieux desseins du plan supérieur. »


103. Dans le cadre d’un traitement donné par les Esprits bienveillants, l’eau fluidifiée pour un malade aura-t-elle le même effet chez un autre patient ?

«  L’eau peut être fluidifiée, de manière générale, dans l'intérêt de tous ; néanmoins, elle peut l’être en particulier pour un certain patient ; dans ce cas, il convient que son utilisation soit personnelle et exclusive. »


104. Existe-t-il des conditions spéciales pour que les Esprits amis puissent  fluidifier l’eau pure, comme la présence de médiums guérisseurs, la réunion de divers éléments, etc. ?

«  La charité ne peut répondre à des situations spéciales.  La présence de médiums guérisseurs, ainsi que les réunions spéciales, ne peuvent d’aucune façon être le prix du bénéfice accordé aux malades, car l'aide des guides spirituels, dans cette sphère d’action, est indépendante du concours médianimique, dès lors que l’on prend en considération le problème des mérites individuels. »


105. Lorsqu’un guide spirituel prescrit une médication à un patient, est-ce le signe infaillible de la guérison du malade ?

«  Le guide spirituel est aussi un frère et un ami qui ne blessera jamais vos plus chers espoirs.
En conseillant l’utilisation d’une substance médicamenteuse, suggérant telle ou telle mesure, il coopère a l'amélioration du souffrant et, si possible, au rétablissement de sa santé physique, mais il ne peut modifier la loi des épreuves ou les desseins suprêmes des plans supérieurs dans l’hypothèse d’une désincarnation, car dans le cadre de la loi, seul Dieu, son Créateur, peut la dispenser. »


106. L’euthanasie est-elle une bonne chose dans les cas de maladie incurable ?

«  En aucun cas, l’homme n’a le droit de pratiquer l’euthanasie, même si elle semble être une mesure bienfaitrice.   L’agonie prolongée peut avoir une précieuse finalité pour l’âme et la maladie incurable peut être un bien, l’unique mode d’épuration des imperfections de l’esprit en marche vers la sublime acquisition de ses patrimoines de vie immortelle.  En outre, les desseins divins sont insondables et la science précaire des hommes ne peut décider des problèmes transcendants aux besoins de l’esprit. »


107. Un hôpital spirite a-t-il une utilité pour la famille spirite ?

« La fondation d'un hôpital, dont les modes de traitement sont conformes aux principes du Spiritisme évangélique, est une généreuse réalisation pour la sublime exaltation des enseignements consolateurs des messagers célestes. « Les constructions de cette nature demandent le maximum de résignation de la part de ceux qui les parrainent, car dans leur cadre, le médecin du monde est amené à oublier ses titres académiques pour être l'un des missionnaires les plus légitimes de ce Médecin des âmes qui guérit les aveugles et les lépreux, les affligés et les obsédés par l'exemple de l'amour et de l'humilité dans l’enchaînement de tous les services pour le bien de ses semblables.  Un hôpital spirite doit être un foyer de Jésus.  Il s’agit d'un dispositif divin exigeant une supériorité identique de la part de ses ouvriers, de manière à ne pas détourner la profonde grandeur de ses objectifs. ››


Extrais du livre « Le Consolateur », psychographié par Chico Xavier