Questions - Réponses 2008 PDF Imprimer Envoyer

Pendant le Congrès les orateurs ont reçu des questions par écrits des participants. Dans cet article vous pouvez consulter toutes les questions posées et les réponses données par les orateurs. Les réponses sont publiées au fur et à mesure que nous les recevons des orateurs. Les réponses aux différentes questions ci-après n’engagent que leurs auteurs.

ImageDr. Carlos Roberto de Souza
1. Est-ce que l’abus d’alcool, de drogue ou de cigarette peut rendre malade dans une autre vie ?
Oui. Toutes les drogues libèrent des composants toxique qui vont se coller aux périsprit, à cause de sa constitution délicate, raréfiée et sensible, ainsi qu'à toute notre conduite mentale, par des réflexes automatiques de la conscience profonde, à travers laquelle l'esprit retrouve les images gravées à l'intérieur de son âme qui sont le fruit de ses actions.
Etant donné que le périsprit est le modèle organisateur biologique des réincarnations, il va imprimer, dans le futur corps, les lésions, les maladies, les mutilations, les séquelles organiques et les matrices psychique comme autant de résultat de l'usage abusif des toxiques accumulé dans les existences passées.
La semence est libre mais la collecte obligatoire, chacun recevra selon ses œuvres comme Jésus l'a enseigné.

2. Pour parler du périsprit, vous utilisez de nombreuses notions de diverses origines, notamment des fondamentaux de médecines chinoises ou asiatiques plus largement comme le Qi Kong, pourquoi n'en citez-vous pas les sources ?
Les sources des concepts de périsprit que j'ai utilisé viennent d'Allan Kardec, des esprits André Luiz, Emmanuel et Bezerra de Menezes.
ImageDr. Marlene Nobre

1.  Quelle méthode de thérapie sur les chakras utiliser en tant que médecin crédible ?
Au Brésil nous n’utilisons que l’imposition des mains – les passes –,  les prières et de l’eau magnetizée. Toute cette thérapie est utilisée dans les centres spirites du Brésil et appliquée bénévolement.
Nous savons que les thérapeutes orientaux, où ceux qui suivent l’orientation de la philosophie orientale possèdent d’autres tecniques, plus au moins specifiques, mais, jusqu’au moment, nous, médecins spirites, utilisons seulement les passes, les prières,  l’eau magnetizée et nous stimulons les patients à transformer leurs vies en cherchant de vivre l’amour divin, en cultivant les vertus.

2. Comment se protéger du vampirisme ?
Il faut pardoner les énemis incarnés et desincarnés et chercher suivre une vie de discipline spirituelle vis à vis le problème qui est la cause du vampirisme.Il faut attention, donc, à la vie sexuelle, à la nourriture, et aux vices.
La charité par paroles et actes est essentielle.

3. Dans le contexte séparation lente (corps-âme), que pensez-vous de la donation d’organe ou donation du corps à la médecine ?
La donation est un acte d’amour. Mais à cause de la séparation lente corps-âme  il faut penser bien avant de faire la donation parce que pour faire ça l’esprit doit être plus au moins dettaché de la vie materielle.
Je vois des problèmes plus sérieux sur la donation du coeur. Mais, comme j’ai dit, tout dépend de la bonne volonté de l’ incarné de faire le bien. Les bons esprits sont là pour nous aider au moment de la donation.

4. Un suicidé est-il en paix, est-il libre ?  Si non, peut-on l’aider à se libérer ?
En general il n’est pas en paix, ni libre. Pour l’aider il faut faire des prières et des actions de charité au nom du suicidé.

5. Que pouvez-vous nous dire concernant l’interruption volontaire de grossesse,  d’un point de vue Spirite ?
D’un point de vue Spirite, l’interruption volontaire de grossesse est crime.

6. N’y a-t-il donc jamais d’âmes nouvelles ?
Tous les esprits sont crées simples et ignorants, mais au cours des milliers et milliers d’années ils demeurent sages et amoureux sur le crible d’incarnations     sucessives.

7. Cordon argenté qui lie le cerveau humain  au cerveau esprit.  Moi je l’ai vécu et le cordon était attaché au sternum ! Alors quoi ?
Est-ce que vous avez seulement vu une partie du cordon ? Je n’en sais rien à l’égard de votre vision, mais un témoignage à considérer.

8. Pourquoi vous comparez l’homme à un papillon ?
C’est pas moi qui fais la comparaison. Elle est faite para l’esprit du docteur Andre Luiz et  de la doctoresse Elisabeth Kubler-Ross.
La vie de l’homme sur terre est comparable au developpement d’un papillon. D’abord il est chenille – il triture les aliments ; au moment de la mort, comme cadavre il est chrysalide et après en tant qu’ esprit il est finalement papillon.
C’est une manière simbolique de voir la vie de l’esprit sur terre.

9. Je souhaiterai avoir les références du livre « évolution dans les 2 mondes ? »
Evolution dans 2 mondes est un livre psychographié par deux médiums : Waldo Vieira et Francisco Candido Xavier, chacun habitant une ville différente, dans l’État de Minas Gerais, distante à peu près 700 kilomètres l’une de l’autre. Il  contient des révélations scientifiques très importantes dans le champ de la Médecine, de la Physique, etc. Il est paru en 1958.

10. Pour ce qui concerne les moyens anticonceptionnel, le stérilet est-il abortif ?  Si c’est le cas, quels sont les conséquences pour la mère et pour l’esprit se réincarnant ?
Le moyen d’action du stérilet n’est pas totalement bien connu jusqu’au présent. Les femmes qu’ utilisent ce moyen anticonceptionnel comme vous le savez peuvent être devenir enceinte et dans de 54% des cas perdent leur bebé en développement.  C’est une perte douloureuse pour l’esprit qui doit réincarner et pour la mère qui reste avec la douleur de conscience.

11. Y a-t-il des esprits cellulaires ou bien est-ce le périsprit qui  commande toujours les cellules qui peuvent communiquer entre elles physiquement ?
C’est l’esprit qui commande le périsprit et c’est celui-ci qui commande les cellules. Néanmoins celles-ci sont principes intelligents qui ont de relative indépendance. Elle peuvent communiquer entre elles mais obéissent au commandement de l’esprit, par les pensées.

12. Le physicien Stephen Hawking traite le problème des cordes et de la matière noire.  Etes-vous d’accord avec lui ?
Le physicien Stephen Hawking a donné et continue à donner de grandes contributions au dévéloppement de la science humaine, en aidant beaucoup pour que nous pouissons comprendre le monde et l’Univers, mais jusqu’à présent les cordes et la matière noire sont des théories. Fascinantes à mon avis, mais théorie. Il faut attendre le futur.

13. Un physicien Français, professeur Dutheil , a écrit un livre : « l’homme sperlumineux », qu’en pensez-vous ?
Je connais deux livres du professeur Dutheil : L’homme superlumineux et La médecine superlumineuse. Ils sont formidables. Et d’accord avec la vision spirite de l’être humain.

 

ImageDr. Jean-Jacques Charbonier

1. Que pensez-vous de l'homme papillon apparu à Point Pleasant USA avant l'effondrement d'un pont dans la rivière et apparu ailleurs dans le monde avant une catastrophe ?
Votre question pose toute la problématique de la crédibilité des observations inexplicables.  Je pense que le fait de ne pas comprendre un phénomène ne doit pas le faire rejeter de façon systématique.  On doit, de mon point de vue apporter la même attention aux apparitions mariales qu'à celles décrites dans d'autres circonstances: homme-phalène, dame blanche, entités, extra-terrestres, monstre du loch Ness etc. Il faut le faire avec humilité et discernement.  On est bien loin de tout savoir et de tout connaître.

2. Quelle explication donner aux décorporations spontanées et récurrentes chez des individus en bonne santé ? (expérience entre autre personnelle)
Il n'existe à ce jour aucune explication scientifique au phénomène de décorporation.  On sait que les décorporations existent dans les NDE et que celles-ci ne sont pas secondaires à une hallucination puisque les expérienceurs ont pu décrire des situations révélées exactes se produisant à distance de leur corps au moment de leur NDE ; c'est un point important. Il existe aussi des témoignages de décorporation de sujets anesthésiés qui, n'étant pas en état de mort imminente, on décrit des évènements se produisant dans un bloc opératoire voisin ou dans une salle d'attente.  Dans ce dernier cas, il s'agit bien de décorporations spontanées chez des individus en bonne santé. Je sais aussi qu'il existe des cas de décorporations provoquées par méditation (chaman) ou par des techniques de respiration. Il existe enfin des cas de décorporations spontanées et imprévisibles, mais ici encore, l'explication scientifique n'existe pas.

3. J'ai été dans le tunnel / la mort est belle, l'au-delà plein de lumière.  Peut-on donner nos organes ?  Je suis Spirite et j'y crois fermement.
Les organes ne sont prélevés que lorsque la mort cérébrale est irréversible.  Cet état correspond à des critères médicaux bien précis.  Il n'y a donc dans ce cas aucune crainte à avoir puisque l'entité a déjà quitté le corps terrestre et que l'on peut penser que celle-ci n'est pas mutilée dans le monde invisible, sinon les victimes d'accidents, les brûlés vifs, les gros traumatisés  seraient aussi atteints de la même façon. De mon point de vue, vous n'avez aucune crainte à avoir en donnant vos organes. Mais ceci ne reste qu'un avis personnel, sachez que toute façon, c'est votre volonté qui sera prioritaire pour un don éventuel.

4. Que pensez-vous de la réincarnation ? Si nous nous réincarnons, alors nous ne retrouvons jamais nos êtres disparus ?
Malgré les travaux les plus poussés, il n'existe à ce jour aucune preuve formelle et scientifique de la réincarnation.  Toutefois, les stigmates et les reconnaissances par certains enfants de situations qui se seraient déroulées dans des vies antérieures sont trop troublants et trop fréquents pour être de simples coïncidences.  En ce qui me concerne, la réincarnation est pour moi une évidence et je m'en explique longuement dans mon dernier livre: " Les preuves scientifiques d'une vie après la vie "

5. Comment agissez-vous auprès des comateux sur lesquels il y a des prélèvements d'organes ?  Qu'avez-vous " expérimenté ", " ressenti " auprès d'eux ?
Il existe tout un protocole pour effectuer ces prélèvements: il faut qu'il y ait deux EEG plats à quatre heures d'intervalle pendant au moins vingt minutes en dehors des conditions d'hypothermie ou de narcose, que le comateux à prélever ait exprimé son consentement de son vivant ou tout au moins sa non opposition à cette technique. En ce qui concerne les mineurs, ce sont les parents qui décident. Personnellement, je ressens auprès du comateux à prélever la même chose qu'auprès d'un cadavre ; c'est-à-dire une enveloppe corporelle vidée de sa " substance " spirituelle. Je pense que le devenir de cette enveloppe n'est pas d'une importance primordiale ; elle peut être mangée par des vers, brûlée dans un incinérateur ou être " débitée " en pièces détachées pour améliorer la vie d'un autre véhicule terrestre. Je sais que cette prise de position peut choquer et que certains pensent que le don d'organes est une sorte d'acharnement thérapeutique entrainant des cicatrices dans le périsprit du donneur. Toute prise de position mérite d'être respectée et je ne prétends pas détenir la vérité, loin de là, mais c'est ainsi que je vois les choses.

6. Maman est dans le coma, je lui ai parlé et l'appareil qui mesure ses coordonnées s'est mis en route.  Etait-ce sa réponse ?
Les travaux les plus récents sur les comateux montrent bien qu'il existe une possibilité de communication qui échappe complètement à toute explication rationnelle.  Je détaille les recherches sur ces points dans mon dernier livre où vous trouverez également des exemples de communications télépathiques avec les comateux.  En toute logique, le monitoring qui surveillait votre maman ne s'est pas manifesté pour rien.

7. Mon époux, décédé des suites d'une " dégénérescence striato-nigrique " est parti sans souffrance…  Il s'est éteint doucement.  Pourquoi, dans ce cas, le médecin lui a-t-il fait une injection de morphine ?  Est-ce habituel pour tous les mourants ?
Les injections de morphine chez les comateux ne sont pas exceptionnelles, loin de là.  Elles servent à réguler les réflexes neuro végétatifs imputables à ces états, tels que: tachycardie, hypertension artérielle ou hyperventilation.  Le confort de fin de vie étant ainsi assuré par ces soins palliatifs et attentifs. L'injection de morphine faite par le médecin au moment du départ de votre époux était donc logique et fait partie des soins prodigués aux mourants dans ce genre de situation.

8. Toutes les NDE sont-elles positives ?
Non, il existe aussi des NDE négatives dont la fréquence oscille entre 4% et 11% selon les auteurs, bien plus pour Maurice Rawlings qui avance le chiffre de 45%.  Ce qu'il faut retenir de ces EMI négatives c'est qu'il n'existe aucun facteur prédictif à leur survenue contrairement aux résultats d'une  étude ancienne de Kenneth Ring qui montrait que ces EMI négatives étaient plus fréquentes chez le toxicomane ou les suicidés. Au total, les expérienceurs  qui font une EMI négative (c'est-à-dire avec un vécu désagréable) en font une expérience positive; à savoir: ils n'ont plus peur de la mort car sont certains de ne plus faire une expérience négative en changeant leur comportement terrestre qui se modifie du tout au tout : ils se détachent des valeurs matérielles pour se tourner vers les autres et donner de l'amour à leur prochain. Ils ont vécu cette expérience comme un avertissement de l'au-delà leur demandant de changer de vie.

 

ImageJérémie Philippe

 

1. Quelle explication donner aux phénomènes de décorporations récurrents chez des individus en bonne santé ?
"La phénoménologie Spirite rapporte de nombreux cas de décorporation.  Elle peut être une simple extériorisation du corps éthérique sans transport de la conscience (voir par exemple le cas d'Emilie Sagée rapporté par G. Delanne dans "les apparitions matérialisées des vivants et des morts" tome 1). La personne n'est pas consciente que pendant quelques instants, une partie d'elle-même peut s'échapper. Le double a alors un comportement instinctif, automatique, non guidé par l'intelligence.  La décorporation peut aussi correspondre à une extériorisation du périsprit, enveloppe de l'esprit, qui s'éloigne en emmenant obligatoirement la conscience (par exemple pendant le sommeil).  La plupart du temps, on ne garde pas le souvenir de ce voyage.  Par ailleurs, la décorporation peut être spontanée ou provoquée (voir les œuvres de De Rochas, Lancelin et Durville dans ce dernier cas). Pour approfondir ce point on peut également consulter "les phénomènes de bilocation" de E. Bozzano.  Les décorporations récurrentes semblent dues à une propriété psychophysiologique dont la nature reste à déterminer."

2. Le périsprit ne pourrait-il être une matière en mouvement avec une vitesse de 300.000 K/S et ainsi être une énergie (invisible) cosmique ?
"Le périsprit n'est pas composé de matière habituelle. Nous pensons, d'après plusieurs œuvres psychographiées et différents travaux expérimentaux d'extériorisation que le périsprit possèderait, entre autres, une composante analogue à notre champ électromagnétique. Or, le champ électromagnétique de notre monde peut être vu comme un flux de photons voyageant à la vitesse de 300000 km/s. Quelles sont les caractéristiques du champ électromagnétique périsprital ? Nul ne le sait pour l'instant, même s'il existe des tentatives de modélisation..."

3. Pour parler du périsprit, vous utilisez de nombreuses notions de diverses origines, notamment des fondamentaux de médecines chinoises ou asiatiques plus largement comme le Qi Kong, pourquoi n'en citez-vous pas les sources ?
"En réalité, mes sources bibliographiques proviennent principalement des œuvres spirites ou de publications plus académiques. Je ne connais pas le Qi Kong mais je suis ravi d'apprendre qu'en d'autres lieux et à d'autres époques, certains savants bien inspirés ont décrit avec des notions similaires ce que nous appelons en occident le périsprit. Ceci confirme la place fondamentale occupée par ce concept d'enveloppe spirituelle dans les problématiques évoquées lors de ce congrès."

 

ImageDr. Nelly Berchtold

1. Il me semble que les cas présentés sont très clairement des cas d'obsession/possession.  Comment le Spiritisme aurait-il soigné ces personnes ?

Trois cas cliniques ont été présentés:

Concernant la fillette qui avait presque 3 ans, nous pouvons affirmer qu'elle a développé les symptômes psychiques (agressivité, agitation psychomotrice et autres) après l'encéphalite.  Cette modification durable du caractère a déjà été décrite au XIXème siècle lors d'accidents de travail chez des ouvriers.  A mon avis, ces symptômes relèvent d'une lésion du cerveau et non pas d'une obsession.  Trop souvent nous, les médecins, sommes confrontés à des situations de cette nature qui ne s'améliorent que très peu et lentement.  Il me semble que le médicament homéopathique a rétabli la santé psychique de la fillette et que la prière a favorisé une dynamique familiale plus affectueuse (n'oublions pas que la peur de la mère était de frapper l'enfant!).

Dans la 2ème situation, celle de l'adolescent seul survivant au massacre de sa famille (en 3 temps, ce qui n'a fait qu'aggraver le traumatisme), en lisant Boris Cyrulnik (écrivain et psychiatre, seul rescapé de sa famille) nous pouvons saisir l'ampleur des dégâts.  Dans ce cas absolument dramatique nous sommes en droit de soupçonner un vrai miracle mais pas une obsession.  Selon notre raisonnement Spirite, ont peut se demander: est-ce la loi de cause à effet qui frappe de plein fouet cet adolescent ou aurait-il choisi de passer par une épreuve aussi rude?  Toujours est-il que paradoxalement, sa foi s'est renforcée et il a retrouvé l'harmonie et la paix.  Selon mon point de vue, le défi majeur était d'éviter le basculement (il en a été très proche à un moment donné) dans le pôle inverse, de passer de victime à agresseur.  Avec un suivi de 3 ans, il maintient sa stabilité dans un bien-être.

Dans le 3ème cas présenté, j'ai pu constater quelques éléments d'une obsession (à caractère sexuel).  Toutefois, la patiente avait une volonté ferme et voulait clairement se distancer d'une sexualité débridée.  Je me sens profondément attachée à cette jeune femme qui grâce à la maternité sanctifiée a été capable de faire un volte face complet.

2. Quelle est la place de l'Arsenicum dans les traitements des épilepsies ?

En tant qu'homéopathe uniciste, je n'utilise jamais un médicament, quel qu'il soit, pour un symptôme isolé.  Les rares fois (je ne suis pas neurologue) où j'ai traité des patients ayant une épilepsie, j'ai pu observer une diminution de la fréquence ou de l'intensité des convulsions.  L'arsenicum est un bon médicament contre les convulsions pourvu que d'autres aspects "compatibles" existent chez le patient (perfectionnisme, anxiété...).  Il faudrait que davantage de médecins (surtout les spécialistes) publient leurs expériences avec l'homéopathie pour en savoir plus.

3. A quelle dilution utilisez-vous les globules ?

En psychiatrie, j'utilise la plupart des fois la 200CH, en une seule dose. Il m'arrive de faire 3-5 séances avant de proposer un premier médicament.  Seulement quand je suis persuadée d'avoir saisi "le noyau" de la question, je me lance dans la recherche du médicament.  Aussi faut-il distinguer une situation de crise d'une maladie chronique (comme la schizophrénie, par exemple).  Très souvent pour une dépression post-partum une seule dose de médicament est suffisante alors que dans une dépression, des troubles du comportement et autres, il faut parfois utiliser des puissances Q ou LM et le patient prend le globule une fois par jour pendant 30 ou 40 jours.